Apprenez les meilleurs moments pour pêcher le poisson-chat pour de meilleurs résultats

facebook.svg .svgxml

Traditionnellement, la nuit est considérée comme l’un des meilleurs moments pour pêcher le silure. Ces prédateurs efficaces sont équipés pour les environnements à faible luminosité avec des appâts de détection de barbillons ou de « moustaches » et de grandes bouches en forme de vide pour compenser leurs yeux relativement petits.

Lors de la pêche au poisson-chat dans des eaux claires et peu profondes pendant la journée, il peut être facile de conclure qu’il n’y a peut-être pas de poisson-chat ici. Cependant, dans ce type d’environnement, ils se reposeront dans des trous plus profonds, sous des berges cisaillées et sur les rebords ombragés de gros rochers. Un pêcheur de nuit patient pourra être agréablement surpris par le potentiel silure de nombreux plans d’eau.

Mais au niveau régional, les meilleurs moments pour pêcher le silure peuvent dépendre un peu du plan d’eau et des espèces de poissons. Par exemple, le poisson-chat bleu est souvent conditionné pour commencer à se nourrir lorsque l’eau est libérée sous les barrages des grands réservoirs. Les poissons-appâts, souvent des gésiers ou des tarpons, peuvent être étourdis lors de leur sortie de l’eau et ces prédateurs opportunistes massifs se développent rapidement car ils laissent rarement passer un repas facile.

La montée des eaux due aux fortes pluies peut entraîner des morsures agressives de la barbue de rivière dans les rivières et les lacs à tout moment de la journée. De plus, dans toutes les eaux troubles, comme les étangs de ferme où les échasses sont constamment agitées par le bétail, il y a moins de pénétration de la lumière vers le fond. Cela se traduit par des conditions plus sombres, plus comme la nuit, donc nourrir le poisson-chat, et donc pêcher le poisson-chat, ne devrait jamais s’arrêter. Et puis il y a les taureaux. Je n’ai pas encore découvert de conditions où la morsure de la tête du taureau est « éteinte ».

Les conseils de pêche au poisson-chat recommandent toujours des appâts, généralement des trucs forts et malodorants. Le foie de poulet (ou le foie de bœuf qui reste accroché plus longtemps), les morceaux de saucisse, le fromage et l’un des nombreux produits « appâts puants », franchement, ils fonctionnent tous extrêmement bien. Bien sûr, la « chose sûre » la plus proche pour attraper le poisson-chat est d’utiliser des appâts vivants tels que des sauterelles, des chenilles nocturnes, des méné ou des crapets.

Un autre conseil de pêche au poisson-chat est que ces poissons peuvent également frapper des leurres. J’ai souvent entendu parler de pêcheurs de bar qui lançaient des leurres comme des jigs lourds ou des leurres à manivelle et je pense qu’ils ont accroché un nouveau record de basse, pour finalement voir la forme indubitable d’un gros poisson-chat noir au bout de la ligne. Ma perception de ces poissons normalement de fond a changé au fil des ans. Ce ne sont pas toujours les mangeurs lents de fin de soirée que beaucoup croient. À plusieurs reprises, je les ai attrapés avec des cuillères et des cuillères à café en jetant du bar blanc. Une fois, j’ai même vu un poisson-chat de 1 ½ livre sauter complètement hors de l’eau pour essayer d’attraper une libellule.

Pourtant, pour les meilleurs moments absolus pour pêcher le poisson-chat, les chances sont plus en votre faveur pendant les heures du soir. Prenez une lampe de poche, un ami ou deux, beaucoup d’appâts, des cannes (vérifiez la réglementation de votre état) et un thermos de café si vous en avez besoin. Des moulinets hurlants vous attendent. Quand aimez-vous aller à la pêche au chat et quel est votre appât préféré ?


Andy Whitcomb

Andy Whitcomb

Andy est un écrivain de plein air (http://www.justkeepreeling.com/) et papa stressé a contribué à plus de 380 blogs sur takemefishing.org depuis 2011. Né en Floride, mais élevé sur les rives d’étangs de ferme dans l’Oklahoma, il chasse maintenant le brochet, l’achigan et la truite arc-en-ciel en Pennsylvanie. Après avoir obtenu un baccalauréat en zoologie de l’OSU, il a travaillé dans des écloseries de poissons et comme technicien de recherche halieutique à l’OSU, dans l’État de l’Iowa et dans l’État du Michigan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.