Comment pêcher des crevettes vivantes ou des vairons sous un bouchon qui saute

how to fish with live bait640.jpg

De nombreux pêcheurs pensent qu’il n’y a rien de mieux que les appâts vivants pour les espèces côtières côtières telles que la truite mouchetée, le sébaste et le snook. En pêchant ces poissons, j’utilise surtout des leurres, mais je garde aussi sous la main une canne équipée d’un bobber et de crevettes ou vairons vivants, ce qui a fait ma journée à de nombreuses reprises. Voici donc quelques conseils sur la façon de pêcher des crevettes vivantes ou des vairons avec des bouchons sautés lors d’une croisière dans les eaux côtières.

taille et gréement

Je vais prendre ce que je peux mais je préfère les gros appâts pour les gros poissons. De nombreux pêcheurs utilisent un hameçon numéro 1 ou 1/0 J lorsqu’ils pêchent des crevettes vivantes et des vairons, mais je préfère l’hameçon circulaire de même taille, qui minimise l’accrochage profond des poissons capturés et facilite le décrochement et la libération sans dommage. L’un des principes absolus de la pêche aux crevettes vivantes ou aux vairons à l’aide d’un hameçon circulaire n’est pas de faire un mouvement de réglage fort de l’hameçon lorsqu’un poisson mord l’appât, mais simplement de le presser et de maintenir la pression constante.

Les crevettes vivantes peuvent être accrochées au sommet de la tête ou de la queue pour nager librement. Les vairons (appelés bull vairons ou vairons de boue) ne doivent être accrochés qu’à travers les lèvres; ramenez la pointe du crochet vers le haut de la lèvre inférieure, puis sur la lèvre supérieure.

J’utilise des bouchons pré-assemblés qui ont des perles en plastique sur la tige supérieure du fil et des perles en laiton sur la partie inférieure, ces dernières faisant des bruits de cliquetis lorsque l’équipement est déplacé. Le corps principal du liège peut être cylindrique, ovale ou en forme d’œuf, ou avec un corps conique et une surface supérieure concave. Ce dernier génère le plus de chocs, ce qui est particulièrement bon en eau trouble ou profonde. Les autres formes sont plus subtiles, ce qui est bien dans les eaux claires et peu profondes.

Attachez votre ligne de pêche principale au sommet de la plate-forme de bobber, puis attachez un bas de ligne en fluorocarbone de 18 à 30 pouces (plus long pour les eaux plus profondes) du bas de la plate-forme à l’œil de l’hameçon. En fonction de la profondeur et de la quantité de mouvement du courant ou de la marée, ajoutez un petit coup de plomb fendu au bas de ligne 6 à 8 pouces devant l’hameçon.

Travailler (ou pas) le bouchon

Il y a deux façons de pêcher des crevettes vivantes ou des vairons sous un bouchon sauté : au lancer et à la dérive ou à la traîne lente.

Le but principal du bouchon à sauter est d’attirer l’attention d’un poisson sur l’appât, principalement par le son. Pour ce faire, abaissez le bout de la baguette, pointez-le vers le bouchon, puis tirez le bout de la baguette vers le bas et vers l’arrière pour faire « éclater » le bouchon. Donc, lancer et éclater est l’action principale.

Variez la cadence (temps entre les pops) pour voir ce qui fonctionne, en gardant à l’esprit que l’eau claire et peu profonde peut nécessiter une action moins agressive. Plus vous sautez fort et souvent, et plus il y a de courant pour qu’un appât vivant nage, moins votre appât restera en vie. Par conséquent, vous devrez peut-être changer fréquemment ; cela est particulièrement vrai des vairons, qui sont robustes mais de peu de valeur lorsqu’ils sont morts.

Si vous dérivez ou déplacez lentement votre bateau via un moteur électrique ou une perche, ou si vous pêchez depuis le rivage avec plusieurs cannes, vous pouvez attraper un vairon sous un bouchon qui saute sans le faire sauter (ou le faire rarement). Le bouchon qui saute devient simplement un flotteur (ou un bouchon). Vous serez étonné de la fréquence à laquelle cette tactique lente ou sans déplacement attrape des poissons, tant que l’appât est vivant et non accroché à l’herbe ou à d’autres débris. Un petit coup fendu est généralement nécessaire pour empêcher l’appât de remonter près de la surface, où les poissons ne le verront peut-être pas, mais les goélands embêtants le verront.

Alors, procurez-vous votre permis de pêche, un gréement en liège, des crevettes vivantes ou des vairons, et commencez à dynamiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.