Compte-gouttes

facebook.svg .svgxml

Je ne sais pas pourquoi, mais il m’a fallu beaucoup de temps pour commencer à utiliser des plates-formes compte-gouttes. Peut-être était-ce parce qu’il n’était pas sûr des techniques de manipulation ? Peut-être était-ce parce que mes premières expériences avec les goutteurs ont créé des enchevêtrements de nids d’oiseaux ? Ou peut-être qu’il attrapait juste assez de poissons avec un leurre ou une mouche… Qui sait, mais il y a quelques décennies, un voyage de pêche dans un estuaire local a changé tout cela.

À l’époque, je pêchais la truite en eau douce dans des eaux publiques fortement exploitées. Alors que beaucoup de mes cohortes occidentales lançaient sur des plates-formes de saut et attrapaient des tonnes de poissons, les truites capricieuses et capricieuses dans mes eaux natales poussaient leur nez et leurs plates-formes à deux mouches. Une seule mouche bien placée a rapporté un compte-gouttes 10 contre 1. Comme la plupart des pêcheurs, j’ai suivi l’approche « garder un plan de match gagnant, changer un plan de match perdant ». Je n’y ai jamais beaucoup pensé à cause du sel et je suis resté coincé avec un bouchon, un appât ou une mouche.

Mais au début des années 1990, il pêchait dans un estuaire d’eau salée pendant une période de transition. Le hareng était à la mode, mais les capucettes et les lançons aussi. C’était près de quelques herbiers donc il y avait aussi des crevettes. L’appât était tout mélangé et les poissons étaient très difficiles. Ils étaient si pointilleux que même après quelques heures avec des poissons autour de moi, je n’avais aucun lien.

Ma frustration culmine dans des moments comme ça, et je me suis retiré sur le banc. Je pouvais voir plusieurs poissons-appâts nager et la pensée m’a frappé alors qu’un arrière défensif touchait un large. Je vais lier un tas de modèles ensemble et voir ce qui se passe.

J’ai sorti un de chaque modèle de ma boîte et j’ai renoué un leader. J’ai laissé des étiquettes de monofilament de six pouces sur mon leader. À ce moment-là, j’ai noué un bleu sur un Rebel argenté au dos cassé, d’environ 7 pouces d’un aspect à chevrons. Au-dessus du bouchon, j’ai attaché une série de mouches. Le premier était un Ray’s Fly, qui est l’un des modèles de capucette les plus connus dans le monde de la pêche. En plus de cela, j’ai attaché un Ray’s Fly Flatwing, qui est l’une des meilleures peaux de lançon. Et en plus de ça j’ai mis une mouche à crevette General Practioner.

La marée était descendue, alors je suis descendu dans un bar qui a créé une couture parfaite pour le courant. J’ai jeté ma caution, j’ai doucement sorti mon équipement Rebel et je l’ai laissé flotter un peu. Après environ 20 secondes, j’ai fermé la caution et laissé la ligne se tendre. J’ai déplacé le bout de ma canne dans la couture et lorsque le bouchon a nagé dans l’eau plus lente, je n’ai rien senti. J’ai attendu un peu, toujours rien. Quelle perte de temps colossale.

Alors bam ! J’ai placé le crochet et j’ai attendu. Bam, bam, bam. Le combat ne ressemblait à rien de ce qu’il avait jamais ressenti auparavant, et c’était comme une bande de chats dans un sac. Il n’y a pas de longues courses, juste un combat erratique et féroce. Quand je me suis approché du poisson, j’ai vu quatre écoliers ! C’étaient tous des vairons, mais j’ai brisé la malédiction. Et après le premier coup de basse de l’école, les autres sont devenus compétitifs et ont attrapé les compte-gouttes. Depuis ce jour, je pêche toujours au compte-gouttes. Laissez le poisson décider, dis-je.

Les compte-gouttes sont comme un buffet. Ils rendent la capture tellement plus facile n’importe quel jour de la semaine et deux fois le dimanche.


tom keker

tom keker

Tom Keer est un écrivain primé qui vit à Cape Cod, Massachusetts. Il est chroniqueur pour l’Upland Almanac, rédacteur pour le magazine Covey Rise, rédacteur pour Fly Rod and Reel et Fly Fish America, et blogueur pour le programme Take Me Fishing de la Recreational Boating and Fishing Foundation. Keer écrit régulièrement pour plus d’une douzaine de magazines de plein air sur des sujets liés à la pêche, à la chasse, à la navigation de plaisance et à d’autres activités de plein air. Lorsqu’ils ne pêchent pas, Keer et sa famille chassent les oiseaux des hautes terres en plus de leurs trois setters anglais. Son premier livre, A Guide for Fly Anglers on the New England Coast, a été publié en janvier 2011. Visitez-le à www.tomkeer.com ou dans www.thekeergroup.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.