Gunkholing en kayak

facebook.svg .svgxml

Le mot « gunkholing » signifie naviguer en eau peu profonde avec une grande variété de bateaux à faible tirant d’eau. Les marins de jour, les dériveurs, les bateaux à moteur et les canoës sont quelques-unes des coques populaires qui peuvent pénétrer dans les eaux plus maigres. Celui qui m’a attiré récemment est le kayak à cale dure. À mon avis, ils sont le vaisseau parfait pour le gunkholing.

L’origine du mot kayak fait débat. Certains historiens de l’aviron traduisent littéralement le mot par « petit batelier ». C’est une description parfaitement appropriée, car les kayaks étaient adaptés à la taille exacte d’un pagayeur. Une interprétation plus figurative contourne la signification de « vêtements pour entrer dans l’eau ». Les bateaux étaient fabriqués à partir de peaux de phoque naturellement hydrofuges qui servaient également de manteaux.

Beaucoup de choses ont changé depuis l’époque où les peaux de phoque imperméables couvraient les charpentes en bois. Les conceptions de kayak modernes conviennent à tous ceux qui peuvent s’asseoir et pagayer. La raison réside dans la longe, qui est la frontière entre le côté d’un navire et son fond. Traditionnellement, les kayaks sont des bateaux à plusieurs mentons et leurs coques arrondies glissent sans effort dans l’eau. Pour sortir en mer ou dans un étang ou un lac dans une telle embarcation, il vous faudra apprendre le virage esquimau pour pouvoir redresser une embarcation renversée. Mais les nouveaux kayaks à menton dur sont la réponse pour tous ceux qui veulent se mettre à l’eau sans maîtriser de nouvelles compétences. Ces bateaux se comportent bien, sont beaucoup plus stables, transportent une tonne d’engins et ne nécessitent aucune technique particulière. Ajoutez simplement de l’eau.

Il existe deux types de kayaks à menton dur. Le premier dispose d’une cabine ouverte avec un ou deux sièges. L’eau reste à l’extérieur du bateau. En cas de chavirage, il n’y a pas de soucis, il suffit de nager librement. Une deuxième option est un sit-atop. Ces bateaux ressemblent beaucoup à une planche de surf sophistiquée. Votre poids vous maintient dans le bateau et l’eau caresse vos jambes pendant que vous ramez. Certaines personnes aiment monter les sit-a-tops dans les vagues, une sorte d’expérience de surf en kayak, mais vous pouvez tout aussi facilement pagayer à travers un marais dessus. Si vous commencez à transpirer, sortez simplement du bateau et sautez dans l’eau. Ils sont aussi simples.

La plupart des kayaks de loisirs les plus récents sont fabriqués à partir de plastique recyclé et de polyéthylène pour ajouter de la rigidité et de la légèreté. Net net, ils sont pratiquement sans entretien. Un lavage ici ou là enlève le sable et la boue. La portabilité est reine et vous ne soufflerez jamais pour vous décoller. La longueur du kayak détermine son poids, mais la plupart d’entre eux sont dans la catégorie des 40 à 50 livres, faciles à soulever du toit d’une voiture ou à traîner au bord de l’eau. Ils ne dessinent pas plus de quelques centimètres, donc pagayer est un jeu d’enfant.

La sécurité est importante, alors assurez-vous d’inclure un gilet de sauvetage à profil bas. Il y en a beaucoup qui sont conçus pour s’adapter au mouvement actif requis par un pagayeur. Une jupe anti-éclaboussures empêche l’eau de pénétrer dans le bateau et si vous pagayez sur une rivière qui a beaucoup de rochers, pensez à un casque au cas où vous chavireriez.

Les kayaks à menton dur sont un moyen phénoménal d’accéder à des endroits peu profonds. Et lorsque vous allez faire du gunkholing cette année, assurez-vous d’apporter un appareil photo étanche.


vous pourriez aussi aimer

tom keker

tom keker

Tom Keer est un écrivain primé qui vit à Cape Cod, Massachusetts. Il est chroniqueur pour l’Upland Almanac, rédacteur pour le magazine Covey Rise, rédacteur pour Fly Rod and Reel et Fly Fish America, et blogueur pour le programme Take Me Fishing de la Recreational Boating and Fishing Foundation. Keer écrit régulièrement pour plus d’une douzaine de magazines de plein air sur des sujets liés à la pêche, à la chasse, à la navigation de plaisance et à d’autres activités de plein air. Lorsqu’ils ne pêchent pas, Keer et sa famille chassent les oiseaux des hautes terres en plus de leurs trois setters anglais. Son premier livre, A Guide for Fly Anglers on the New England Coast, a été publié en janvier 2011. Visitez-le à www.tomkeer.com ou dans www.thekeergroup.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.