la frayère

facebook.svg .svgxml

À différents moments de l’année, les poissons s’accouplent pour leur rituel de frai annuel. Dans les climats plus chauds, le bar et la dorade royale répondent à l’appel de la nature en ce moment, et les pêcheurs les voient dans les fonds. Dans un mois ou deux, les endroits plus au nord verront des bars et des crapets faire de même. Certaines truites et truites arc-en-ciel forment des frayères dans les rivières au printemps, tandis que d’autres truites et saumons fraient à l’automne. Lorsque les poissons se déplacent dans les eaux peu profondes, ils sont faciles à repérer, et certains pêcheurs à la recherche d’eux utilisent l’expression « je les vois, je les ai eus ».

Il y a quelques gars que je connais qui se dirigent vers les rives lorsque le bar et le crapet commencent à frayer. Ils larguent un leurre, appâtent ou volent devant un poisson qui les frappe sans hésitation. Le combat commence en quelques secondes et l’action peut être rapide et furieuse. Mais cela soulève une question même pour les poissons qui sont relâchés : est-ce une bonne idée d’attraper des poissons qui sont assis sur un lit de frai ?

Le couteau coupe dans les deux sens, notamment parce que c’est une attitude. D’une part, pêcher c’est pêcher et les attraper est ce dont il s’agit. Bravo au pêcheur qui trouve du poisson, bravo car sa proie se mange facilement, et tant mieux pour lui car sa prise quotidienne est aux proportions épiques. Beaucoup d’action rend la journée amusante, et je peux voir ce côté de la médaille.

Mais, d’un autre côté, attraper un poisson dans un banc est-il une bonne idée pour maintenir une pêche de qualité dans le temps ? Lorsqu’une mère poisson est retirée de son lit, ses œufs sont laissés ouverts aux prédateurs. Certains sont aspirés par des carpes ou des ventouses, tandis que d’autres sont recouverts de bave causée par les combats. Si l’éclosion de cette année est médiocre, qu’est-ce que cela signifie pour les chiffres de l’année prochaine ? Sommes-nous en train de négliger le recrutement de nouveaux et plus de poissons pour remplir nos étangs, lacs et rivières ? Est-ce une approche myope que nous devrions considérer avant de faire ?

C’est un sujet intéressant et je vais en discuter avec des amis pour avoir leur avis. Personnellement, pour les poissons que j’attrape fréquemment, je trouve qu’il est bien de laisser les poissons en train de frayer seuls et de ramener les plus petits poissons. Parfois, je m’entraîne à attraper et à relâcher, d’autres fois à attraper et à manger. Et vous? Pêchez-vous les frayères?


vous pourriez aussi aimer

tom keker

tom keker

Tom Keer est un écrivain primé qui vit à Cape Cod, Massachusetts. Il est chroniqueur pour l’Upland Almanac, rédacteur pour le magazine Covey Rise, rédacteur pour Fly Rod and Reel et Fly Fish America, et blogueur pour le programme Take Me Fishing de la Recreational Boating and Fishing Foundation. Keer écrit régulièrement pour plus d’une douzaine de magazines de plein air sur des sujets liés à la pêche, à la chasse, à la navigation de plaisance et à d’autres activités de plein air. Lorsqu’ils ne pêchent pas, Keer et sa famille chassent les oiseaux des hautes terres en plus de leurs trois setters anglais. Son premier livre, A Guide for Fly Anglers on the New England Coast, a été publié en janvier 2011. Visitez-le à www.tomkeer.com ou dans www.thekeergroup.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.