Acheter un premier bateau

facebook.svg .svgxml

Je me souviens avoir acheté mon premier bateau comme si c’était hier. C’est peut-être parce que tout ce que j’ai à faire est de monter dans mon allée et de la voir. Cela fait 20 ans que je l’ai acheté et pendant ce temps nous sommes devenus de vieux amis. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble dans l’eau, nous avons laissé de nombreuses écailles de poisson sur la proue et la poupe, et parfois nous sommes même rentrés sans poisson. Quand je l’ai acheté, je suis passé par un processus qui a pris beaucoup de temps mais cela a fait une différence.

Ma première étape a été d’évaluer honnêtement le type de pêche que je ferais avec; quatre-vingt-dix pour cent allait être de l’eau salée côtière. J’avais prévu de cibler le bar rayé, le tassergal, le squeteague, la bonite et le faux germon. Étant donné que ces poissons sont migrateurs, vous auriez besoin d’un bateau qui pourrait remorquer à travers les frontières de l’État jusqu’à l’endroit où la pêche était chaude. Une fois là-bas, il pêcherait des appartements, des estuaires, des déchirures, des récifs, des îles au large, des corniches, etc., le tout à des profondeurs inférieures à 100 pieds d’eau. Pour cela, vous auriez besoin d’une console centrale à coque en V modifiée en fibre de verre facile à entretenir. Ce type de bateau pouvait également être utilisé sur des étangs et des lacs d’eau douce, ce qui représentait les dix pour cent restants de mon temps sur l’eau.

Mon choix de longueur devrait se situer entre 18 et 23 pieds pour gérer la mer par une journée difficile. Pour l’entretien, j’ai préféré un hors-bord à un in-bord. Il devait être stable et spacieux, marin et facile à lancer/transporter par moi-même. La plupart de mes pêches aux appâts se font depuis le rivage, et à bord j’utiliserais des engins conventionnels, de traîne ou de mouche (pas besoin de vivre). Comme j’habite sur la côte, je n’avais pas besoin de cabine ni de toilettes, ce qui a facilité ma décision.

Le coût était un facteur, et j’ai regardé plusieurs bateaux neufs et d’occasion avec ces caractéristiques. Une option était d’acheter une coque d’occasion et si le hors-bord était battu, je pouvais toujours le remettre sous tension. La deuxième option consistait à acheter un nouvel ensemble bateau, moteur et remorque. Dans les années 1990, une console centrale de 18 à 22 pieds faisait fureur et le marché des bateaux d’occasion offrait peu de profit. Les hors-bord de plus grande puissance coûtent très cher, j’ai donc choisi un bateau de travail que je pourrais facilement transformer en machine de pêche. Au lieu de 200 HP ou plus, je pouvais m’en tirer avec 90 HP et par temps calme, je pouvais naviguer à 30 MPH.

Le financement était une option, et en raison de la durée prolongée du prêt, le coût total était de 130 $/mois. Lorsque l’essence coûtait 6,00 $ le gallon aux quais d’essence, je me suis arrêté à la station-service locale où il coûtait 4,00 $. J’ai opté pour un moteur 4 temps économe en carburant qui a gardé plus d’argent dans ma poche (de nos jours, avec des prix de l’essence plus bas, les choses peuvent être un peu plus faciles).

Certains jours, quand il y a de la morve dans l’eau, vous aimeriez avoir un bateau plus gros et plus lourd, et le fait est qu’il n’y a pas de bateau parfait. Mais il y en a un qui est assez bon. Donc, déterminer quel type de bateau répondra à la plupart de vos conditions de pêche et correspondra à votre budget est le moyen le plus simple de trouver un premier bateau. La quantité de joie qu’il vous apportera est inestimable.

Pour plus d’informations, consultez notre section navigation : http://takemefishing.org/boating/overview/


vous pourriez aussi aimer

tom keker

tom keker

Tom Keer est un écrivain primé qui vit à Cape Cod, Massachusetts. Il est chroniqueur pour l’Upland Almanac, rédacteur pour le magazine Covey Rise, rédacteur pour Fly Rod and Reel et Fly Fish America, et blogueur pour le programme Take Me Fishing de la Recreational Boating and Fishing Foundation. Keer écrit régulièrement pour plus d’une douzaine de magazines de plein air sur des sujets liés à la pêche, à la chasse, à la navigation de plaisance et à d’autres activités de plein air. Lorsqu’ils ne pêchent pas, Keer et sa famille chassent les oiseaux des hautes terres en plus de leurs trois setters anglais. Son premier livre, A Guide for Fly Anglers on the New England Coast, a été publié en janvier 2011. Visitez-le à www.tomkeer.com ou dans www.thekeergroup.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.