utilisez votre tête (sans jeu de mots)

facebook.svg .svgxml

Il y a longtemps, Mark Twain a dit : « Le bon sens n’est pas si commun. Étant donné que la semaine prochaine est la Semaine nationale de la sécurité nautique, du 21 au 27 mai 2011, ces mots sonnent vrai et fort.

À moins que vous ne viviez dans une région tropicale où la navigation de plaisance est une activité toute l’année, beaucoup d’entre nous rouillent hors saison. À l’automne, bon nombre d’entre nous tournons notre attention vers la chasse, et en hiver, nous pouvons nous tourner vers la pêche blanche ou le ski. Quand le printemps arrive et qu’il fait beau, nos pensées se tournent vers la voile. La voile, c’est comme faire du vélo, c’est vrai, mais nos compétences se sont probablement un peu rouillées par manque d’utilisation. Entraînez-vous à remorquer votre bateau, passez en revue les manuels d’utilisation des traceurs, des sondeurs et des stations de radio. Un examen rapide les amène au premier plan de nos esprits. J’ai récemment entendu l’histoire d’un plaisancier qui a mis une buse sur une pompe à essence dans un porte-canne et a rempli sa cale avec une centaine de dollars réguliers.

Se remettre dans le bain n’est pas difficile, et un bon point de départ est une inspection de sécurité. Les officiers de la Garde côtière américaine proposent des inspections pratiques. Vérifiez vos suspentes, vos pare-battages, votre ancre et assurez-vous d’avoir un kit avec une fusée éclairante, un sifflet et un miroir.

Les sauveteurs ont parcouru un long chemin ces dernières années. Tout en vérifiant que le nombre correspond au nombre de passagers, assurez-vous également que le style convient à la taille et au poids de votre équipage. En 2009, la noyade était la première cause de décès liés à la navigation. Les gilets de sauvetage sont plus légers et plus confortables que jamais, et beaucoup sont équipés de gonfleurs automatiques au CO2. Les amener à bord dans des conditions difficiles est logique, et les avoir à portée de main est une excellente idée. Les avoir enterrés dans une trappe sous les ancres et l’équipement n’aide pas la cause.

Les règles de circulation doivent également être mises à jour. La plupart des plaisanciers bâillent à l’idée de s’asseoir avec le livre de Chapman, mais combien de fois êtes-vous sur l’eau où vous voyez un autre plaisancier violer les règles les plus élémentaires ? Les plaisanciers vétérans doivent transmettre leurs connaissances et leur expérience aux autres membres sur leur bateau. Ils seront prêts à prendre la relève avec succès à tout moment. Ou essayez un cours en ligne par l’intermédiaire de la Division de la sécurité nautique de la Garde côtière américaine à www.uscgboating.org ou du Conseil national pour la sécurité nautique à www.safeboatingcouncil.org.

Beaucoup d’entre nous ont entendu dire que le mot BOAT est l’acronyme de « Break Out Another Thousand ». C’est parfois vrai, mais la plupart du temps, sortir notre vaisseau de l’hibernation nécessite quelques tâches simples. Les problèmes électriques, des feux de remorque défectueux aux radios marines inopérantes, peuvent être facilement corrigés en recâblant les connexions électriques. L’eau a une façon de corroder à peu près tout au fil du temps, et pendant que vous recâblez votre connexion radio, pourquoi ne pas simplement les remplacer toutes ? Une autre bonne idée est d’installer de nouveaux panneaux de commutation. Remplacer les panneaux et les batteries toutes les quelques années, qu’ils en aient besoin ou non, réduit les risques de panne. Changer les filtres, comme les filtres à carburant, à huile et à pompe à eau, fait ronronner le moteur comme un chaton. Et si vous remorquez votre bateau, vérifiez vos rouleaux, couchettes et seaux. Le processus répété de lancement et de chargement donne aux pièces de la remorque une chance de se corroder.

La répétition est le moyen le plus facile de maîtriser, et en suivant les mouvements, vous aurez une saison de navigation en toute sécurité.


vous pourriez aussi aimer

tom keker

tom keker

Tom Keer est un écrivain primé qui vit à Cape Cod, Massachusetts. Il est chroniqueur pour l’Upland Almanac, rédacteur pour le magazine Covey Rise, rédacteur pour Fly Rod and Reel et Fly Fish America, et blogueur pour le programme Take Me Fishing de la Recreational Boating and Fishing Foundation. Keer écrit régulièrement pour plus d’une douzaine de magazines de plein air sur des sujets liés à la pêche, à la chasse, à la navigation de plaisance et à d’autres activités de plein air. Lorsqu’ils ne pêchent pas, Keer et sa famille chassent les oiseaux des hautes terres en plus de leurs trois setters anglais. Son premier livre, A Guide for Fly Anglers on the New England Coast, a été publié en janvier 2011. Visitez-le à www.tomkeer.com ou dans www.thekeergroup.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.