Donne tout ou rentre chez toi

facebook.svg .svgxml

Il y a longtemps, il était courant que mon entraîneur de soccer reçoive des plaintes de moi et de mes coéquipiers pendant nos deux journées d’été. La phrase de l’entraîneur était « vas-y ou rentre chez toi ». À un moment donné, il en a eu assez de le dire et a fait faire des t-shirts avec le dicton diffusé à la vue de tous. À bien y penser, ce dicton se rapporte également à la pêche blanche.

Je ne suis pas météorologue et bien que la marmotte ait demandé un printemps précoce, il reste encore beaucoup de temps pour marcher sur la glace. Sur les Grands Lacs, dans le nord de la Nouvelle-Angleterre et dans la plupart des régions centrales, la glace est parfaite. À mon avis, c’est la période idéale de l’année.

Nous avons plus de lumière plus tôt au lever du soleil et le soleil se couche plus tard chaque jour. Les journées de pêche dans une toundra gelée cèdent lentement la place à une expérience plus agréable. Au cours du week-end, j’ai vu un gars assis sur la glace dans une chaise de plage et un tas d’autres gars jouaient au hockey avec des sweats à capuche. Le vent était léger, tout comme les attitudes de chacun.

La pêche était chaude ! L’achigan, la perche, la truite et le doré savent ce qui s’en vient et, dans de nombreux cas, deviennent plus actifs. Les drapeaux flottent plus facilement lorsque les bancs de poissons sortent des profondeurs et se déplacent vers des eaux moins profondes. Ils savent instinctivement que la saison de frai approche à grands pas et je pense qu’ils essaient d’ajouter quelques calories supplémentaires avant d’aller dormir.

Si vous ne vous êtes pas connecté aussi longtemps cette saison, il est maintenant temps de faire quelques voyages de plus. Et quand il s’agit de l’état de la glace, « allez-y ou rentrez chez vous ».

PS : Si vous vivez dans un climat chaud, consultez ce lien de pêche sur glace pour voir ce qui vous manque.


vous pourriez aussi aimer

tom keker

tom keker

Tom Keer est un écrivain primé qui vit à Cape Cod, Massachusetts. Il est chroniqueur pour l’Upland Almanac, rédacteur pour le magazine Covey Rise, rédacteur pour Fly Rod and Reel et Fly Fish America, et blogueur pour le programme Take Me Fishing de la Recreational Boating and Fishing Foundation. Keer écrit régulièrement pour plus d’une douzaine de magazines de plein air sur des sujets liés à la pêche, à la chasse, à la navigation de plaisance et à d’autres activités de plein air. Lorsqu’ils ne pêchent pas, Keer et sa famille chassent les oiseaux des hautes terres en plus de leurs trois setters anglais. Son premier livre, A Guide for Fly Anglers on the New England Coast, a été publié en janvier 2011. Visitez-le à www.tomkeer.com ou dans www.thekeergroup.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.